Lundi, 14 Novembre 2011 00:41

La nouvelle école de la révolution informatique.

Écrit par  Lionel
Évaluez cet article
(0 votes)

De plus en plus d’universités offrent des cours virtuels à une clientèle qui ne fréquent plus les locaux de la tradition académique. Économie d’espace certes, économie financière certainement, mais surtout nouvelle économie du savoir, par la capacité qu’a l’école informatique de rejoindre en même temps des milliers d’usagers répartis dans des lieux divers de la planète. Nous rentrons dans une ère de démocratisation ou de socialisation du savoir.

Il faut réfléchir.

En effet, la plupart des analyses sur l’enseignement à distance ne remettent pas en question le système de connaissance sur lequel repose l'école traditionnelle depuis les Grecs, il y a vingt cinq siècles environ. C'est comme si le nouvel outil informatique et ses dérivés suffisaient à bouleverser l'ordre économico social, culturel et éducationnel.

À notre avis, c'est peut-être l'inverse. Ce sont des tendances mutationnelles profondes, en attente depuis les origines de l'Humanité qui remontent à la surface. La rupture didactique en cours s'inscrit dans cette mouvance mutationnelle. Et la machine en est l'instrument.

Ce qui se passe : c'est la fin d'un cycle d'apprentissage qui avait fait de la raison la mesure de toute chose et de l’école un haut lieu d’apprentissage du savoir rationnel. L'apprentissage par notions, concepts et textes arrive en bout de piste. L'intuition et l'imagination jusqu'ici restée cloîtrée en dehors des murs du savoir de la raison impériale remontent en puissance.

C'est de cela dont il s'agit aussi. Il faut donc montrer en quoi la nouvelle école de la révolution informatique annonce l’émergence d’un nouveau type de savoir. Celui-ci n’écarte pas les acquis de l’enseignement traditionnel, mais vient ajouter un nouveau cycle de savoir qui cette fois-ci s’adresse à l’intuition imaginative et qui démocratise en même temps l’enseignement.

Ce n’est pas un effacement, mais un dépassement, une sorte d’accomplissement de ce qui était en attente depuis les origines. En effet, les premiers humains auraient bien voulu représenter la réalité telle qu’elle se déroulait dans leur esprit, mais aussi telle qu’elle se déroulait devant eux. Mais ils ne disposaient d’aucun outil capable d’animer le mouvement des choses. Il leur a donc fallu renoncer à ce mode de représentation et s’en tenir à des formes statiques, symboliques et abstraites qui pouvaient contenir en elles-mêmes la dynamique du mouvement. Le moment historique tant attendu est arrivé. Trois cent mille (300,000) ans d’attente sont en train de remonter à la surface.

L’Humanité peut disposer enfin d’un outil capable de reproduire à la fois les formes statiques d’un texte, lieu d’expression de la raison conceptuelle et d’animer des images afin de stimuler les capacités de représentation de l’intuition imaginative. Il est donc possible maintenant de conjuguer ces deux modes de représentation Raison - Imagination en faisant correspondre les énoncés discursifs du texte avec des séquences d’images animées représentant les idées du texte.

C’est ce que nous appelons : l’apprentissage par animation. L’image animée n’est pas une image filmique. Car le sens de cette image lui est donné par le concept qui l’anime. C'est cela le projet d’Unima Logiciel : mettre à jour les prémisses de ce nouveau mode d'apprentissage : l'apprentissage par animation.

Lionel Audant V.P. Recherche Unima Logiciel

Login to post comments